APAISER LES TENSIONS EMMOTIONNELLES

Dans notre vie quotidienne, les occasions de ressentir en nous des tensions émotionnelles sont grandes. Il est très facile de perdre notre équilibre intérieur, de se sentir irrité, anxieux ou déprimé. Il peut s’agir d’un projet qui n’aboutit pas, d’une dispute avec un proche, de difficultés matérielles, la crainte du changement, mais aussi d’événements heureux, comme un mariage, une grossesse ou très douloureux comme un deuil à surmonter.

Retrouver un certain calme intérieur ne s’est jamais exprimé aussi massivement. Le yoga restaurateur est le moyen idéal pour apaiser nos tensions émotionnelles, en apprenant à les observer et à les voir se transformer. Je vous propose une séquence de trois positions à pratiquer régulièrement ou lorsque vous vous sentez submergés par vos émotions. Cette séquence aide à cultiver la compassion envers soi-même et à se recentrer. Sa pratique régulière permet d’interagir de façon différente avec les autres, y compris avec les personnes  avec qui nous avons tendance à réagir au niveau le plus inconscient comme les membres de notre famille.

 

SUPTA BADDHAKONASANA, LA POSTURE DU PAPILLON – 20 MINUTES

Posture 1

Cette position a un grand pouvoir de guérison émotionnelle. Il est dit que lorsque nous pratiquons cette posture, nous recréons physiquement et énergétiquement le « fœtus doré » ou « l’Utérus d’or » à la source de l’univers.  En ce sens, cette position est remarquable en cas d’événements stressants émotionnellement tels qu’un deuil à surmonter ou un changement à accepter.

TORSION SUPPORTÉE – 3 À 5 MINUTES DE CHAQUE CÔTÉ

Posture 2

Il s’agit de la version supportée de Bharadvajasana, la posture de l’Alouette. La grande particularité de cette position est celle de dénouer nos nœuds émotionnels et de nous libérer de nos blocages corporels ainsi que de nos croyances limitantes.

SAVASANA SUPPORTÉ – 20 MINUTES

Posture 3

Dans les Yoga Sutras de Patanjali, le deuxième chapitre contient beaucoup d’enseignements sur l’Ashtanga ou le yoga des 8 étapes ou membres. Ces huit étapes sont présentées comme une série de pratiques qui commencent avec des principes éthiques pour se terminer avec des étapes plus intérieures comme la méditation. La cinquième étape est appelée pratyahara et est définie comme le retrait conscient des sens. Pour la plupart d’entre nous, la pratique du pratyahara reste insaisissable.

L’une des meilleures façons de commencer à comprendre le concept de pratyahara est d’expérimenter une posture de yoga familière, savasana, la posture du cadavre.

Expérimenter cet état nous permet de réagir avec moins d’intensité aux expériences douloureuses ainsi qu’aux pensées négatives et aux émotions. La pratique nous donne le choix de notre réaction. En d’autres termes, la variable c’est moi et comment je choisis d’utiliser mon énergie. Je peux choisir de me laisser happer par ces stimuli ou au contraire je peux choisir de prendre du recul et de ne pas y participer consciemment.  Cela ne signifie pas de me réfugier dans une caverne. Je pourrais alors continuer à agiter mon système nerveux en générant des pensées et en revivant des réactions passées qui seraient stimulantes. Cela signifie au contraire : rester au milieu de ce chaos émotionnel et ne pas y réagir consciemment.

LE YOGA REPARATEUR

Restoratif

 

Depuis longtemps, le yoga est connu pour réduire le niveau de cortisol, l’hormone du stress. Quand cette hormone atteint un taux élevé, elle peut entraîner une prise de poids, une tension artérielle élevée et des maladies cardiaques. Des études sur le yoga réparateur ont démontré que ces pratiques ont le même effet et pourraient même aider les patients atteints de cancer à lutter contre la dépression et la fatigue. Les enseignants observent que ralentir le rythme apporte encore plus de bienfaits. Par exemple, les élèves de Cole lui disent souvent que la qualité de leur sommeil s’est améliorée pendant les trois nuits suivant le cours. « Le yoga réparateur et le sommeil sont complémentaires, » explique-t-il.

En réalité, le yoga réparateur est plus efficace que le sommeil pour relâcher les tensions musculaires, soulager les douleurs articulaires, et aider le corps et l’esprit à passer rapidement du stress au calme, explique Cole. « Il apprend également le contrôle conscient de la relaxation. Le sommeil est essentiel pour permettre au système nerveux de récupérer totalement, trier les souvenirs et les émotions et même trouver un sens à notre vie. »

La récupération a toujours été intégrée au yoga à travers des postures telles que savâsana. C’est B .K.S. Iyengar, l’un des pères de la pratique moderne, qui a été le premier à systématiquement développer des séquences réparatrices. Il les concevait pour aider les pratiquants blessés, malades ou surmenés. Aujourd’hui, la plupart des studios de yoga proposent des cours de yoga réparateur.

Le yoga réparateur peut vous aider à vous reposer, prendre le temps de la réflexion et retrouver votre vitalité.

Posture des jambes sur une chaise

  1.  Placez une chaise sur votre tapis de yoga et une couverture pliée sur le siège.
  2. Installez deux bolsters en forme de T, le plus proche de la chaise étant positionné à l’horizontale.
  3. Asseyez-vous sur le bolster le plus proche de la chaise et allongez-vous sur le côté avant de rouler sur le dos et de déposer la colonne sur le bolster placé à la verticale.
  4. Placez une couverture sous la tête si cela est confortable.
  5. Déposez les mollets sur la chaise et placez les bras le long du corps, en vous assurant de ne rien toucher d’autre que le sol. Installez-vous et connectez-vous à votre souffle. Restez dans cette posture pendant au moins 10 minutes.
  6. Pour sortir de la posture, ramenez les genoux vers la poitrine et roulez sur le côté droit.
  7. Tout comme la posture des jambes contre le mur, cette posture procure les bienfaits d’une inversion – le système nerveux est apaisé, les jambes et pieds sont revigorés, et le bas du dos est détendu.

 

5 conseils yogiques qui reboostent

 

Résultat de recherche d'images pour "photo yoga"

 

Redonner l’envie de faire
Faire des exercices, même à toute petite dose, tous les jours. Ne pas hésiter à aller dans un cours de groupe pour « s’obliger » et se faire coacher.

– Apprendre à relâcher les tensions
Progressivement, dans la durée d’une séance, grâce à la relaxation et aux postures en lâcher prise, le mental se calme et tout s’apaise. Les pensées s’ordonnent et l’on se sent de mieux en mieux.

– Pratiquer les Pranayamas
Commencer par le plus simple : la respiration abdominale la plus lente possible en insistant sur l’expiration, puis progressivement, favoriser l’inspiration.

– Pratiquer des exercices de concentration
Trataka, par exemple, exercice qui consiste à se concentrer sur la flamme d’une bougie, est tout indiqué. On peut le pratiquer matin et/ou soir.

– Faire des méditations orientées
Méditer sur le roc, sur le refuge, sur la sensation d’être en lien avec les autres. Observer ses pensées et ses émotions pour ne pas s’y accrocher et les « relativiser ».