YOGA YIN ET FORCE DE L’INTENTION

Résultat de recherche d'images pour "POSITION YOGA"

Le sens ne peut être vécu que de l’intérieur. Seul le pratiquant en détient la signification, en fonction de l’intention posée.« L’énergie suit la pensée », donc « l’intention ». Sans pour autant se focaliser sur les attentes et les résultats possibles – il est bien là question de l’énergie que nous orientons pour ouvrir, libérer, accueillir, laisser faire, laisser s’exprimer.Le yin yoga s’appuie sur peu de postures, même si les variantes en démultiplient le nombre. Nous pouvons alors nous interroger; Et il me semble que dans un contexte d’immobilité et d’intériorisation, cette interrogation est légitime ; certes mais pas si justifiée que cela ! L’intention demeure le cœur de la pratique, et des intentions ; il y en a pléthore. La même posture devient alors révélatrice de nombreuses découvertes personnelles et joue un rôle de facilitation dans la libération des blocages, des tensions, des limitations. Et devant cette profusion d’intentions et de propositions possibles, nous risquons cette fois ci de nous retrouver piégés dans le dédale des sensations, stimulations…méridiens, chakras…articulations, ligaments…émotions, pensées…ouverture, compression…

Qui craignait de voir l’ennui s’installer ?! En fait, tous les plans de notre Etre peuvent être considérés et sollicités. Donc chacune de nos stratifications peuvent faire l’objet d’intention, intention posée sur le plan physique et/ou énergétique et/ou émotionnel et/ou spirituel. Et si nous utilisions le support des koshas* pour structurer et organiser cette abondance de possibilités ? Nous pouvons alors ouvrir le champ des possibles en toute conscience. Il ne reste plus qu’à construire une logique de progression « facilitatrice » permettant de faire évoluer nos pratiques et nos enseignements en douceur, du plus dense au plus subtil.

Oui, le yin yoga fait appel à notre créativité, notre intuition, notre puissance intérieure qui ne demandent qu’à s’exprimer.

LES DIFFERENCES ENTRE MASSAGE RELAXANT ET THERAPEUTIQUE

Résultat de recherche d'images pour "massage thérapeutique"

Le massage thérapeutique : pour soigner et gérer la douleur

Le massage thérapeutique, comme son nom l’indique, est un type de massage qui vise à soigner. Il convient à tous, autant aux enfants qu’aux adultes et aux seniors et est particulièrement indiqué pour atténuer ou supprimer les douleurs. Garant d’une meilleure santé physique et psychologique, ce type de massage permet aussi de traiter les maladies cardiovasculaires ou les problèmes musculaires. Au même titre que les traitements médicaux, le massage thérapeutique ne peut être pratiqué que par un praticien qualifié.

Pour une séance de massage thérapeutique qui dure environ trois quarts d’heure, il est d’usage de se servir d’une huile essentielle. Le masseur choisit l’huile en fonction de la zone à traiter. Il est aussi possible qu’il utilise du gel et une crème de massage selon l’effet escompté. Il enchaîne une série d’effleurements suivis de mouvements de pétrissage, pour finir par de légers tapotements.

Le massage relaxant : le bien-être avant tout

Détente et bien-être sont les maîtres mots d’un massage relaxant. Proposé dans pratiquement tous les salons de massage et instituts de bien-être, le massage relaxant est idéal pour remédier aux tensions musculaires, éliminer les toxines et tout ce qui peut empêcher le massé de se détendre réellement. Très bonne solution contre la déprime ou l’insomnie, le massage relaxant est aussi indiqué pour soulager certains troubles, comme l’asthme ou la dépression.

Pour un meilleur effet, il est conseillé de se faire masser en matinée pour aider l’organisme à bien commencer la journée. En revanche, une séance de massage en soirée permet d’évacuer tout le stress et la fatigue accumulés durant la journée. Une séance de relaxation dure environ une demi-heure et le massé est souvent invité à choisir lui-même sa tenue pour lui éviter tout stress supplémentaire et l’aider à se relaxer au maximum

LE YOGA REPARATEUR

Restoratif

 

Depuis longtemps, le yoga est connu pour réduire le niveau de cortisol, l’hormone du stress. Quand cette hormone atteint un taux élevé, elle peut entraîner une prise de poids, une tension artérielle élevée et des maladies cardiaques. Des études sur le yoga réparateur ont démontré que ces pratiques ont le même effet et pourraient même aider les patients atteints de cancer à lutter contre la dépression et la fatigue. Les enseignants observent que ralentir le rythme apporte encore plus de bienfaits. Par exemple, les élèves de Cole lui disent souvent que la qualité de leur sommeil s’est améliorée pendant les trois nuits suivant le cours. « Le yoga réparateur et le sommeil sont complémentaires, » explique-t-il.

En réalité, le yoga réparateur est plus efficace que le sommeil pour relâcher les tensions musculaires, soulager les douleurs articulaires, et aider le corps et l’esprit à passer rapidement du stress au calme, explique Cole. « Il apprend également le contrôle conscient de la relaxation. Le sommeil est essentiel pour permettre au système nerveux de récupérer totalement, trier les souvenirs et les émotions et même trouver un sens à notre vie. »

La récupération a toujours été intégrée au yoga à travers des postures telles que savâsana. C’est B .K.S. Iyengar, l’un des pères de la pratique moderne, qui a été le premier à systématiquement développer des séquences réparatrices. Il les concevait pour aider les pratiquants blessés, malades ou surmenés. Aujourd’hui, la plupart des studios de yoga proposent des cours de yoga réparateur.

Le yoga réparateur peut vous aider à vous reposer, prendre le temps de la réflexion et retrouver votre vitalité.

Posture des jambes sur une chaise

  1.  Placez une chaise sur votre tapis de yoga et une couverture pliée sur le siège.
  2. Installez deux bolsters en forme de T, le plus proche de la chaise étant positionné à l’horizontale.
  3. Asseyez-vous sur le bolster le plus proche de la chaise et allongez-vous sur le côté avant de rouler sur le dos et de déposer la colonne sur le bolster placé à la verticale.
  4. Placez une couverture sous la tête si cela est confortable.
  5. Déposez les mollets sur la chaise et placez les bras le long du corps, en vous assurant de ne rien toucher d’autre que le sol. Installez-vous et connectez-vous à votre souffle. Restez dans cette posture pendant au moins 10 minutes.
  6. Pour sortir de la posture, ramenez les genoux vers la poitrine et roulez sur le côté droit.
  7. Tout comme la posture des jambes contre le mur, cette posture procure les bienfaits d’une inversion – le système nerveux est apaisé, les jambes et pieds sont revigorés, et le bas du dos est détendu.